AccueilEn photoFocus Expo : Antesija
Retour

En photo Publié le 13 février 2017

Focus Expo : Antesija


Il suffit de peu pour redécouvrir la beauté de notre planète : c'est ce que le collectif Antesija illustre à merveille avec une série de photographies aériennes et saisissantes, véritables compositions abstraites qui invitent à repenser ce qui nous entoure.
C'est à l'occasion d'une exposition à la mairie du VIème arrondissement que nous avons pu poser quelques questions à ces deux passionnés de voyages et de nouvelles technologies…

 

Antesija, la Terre révélée
Du 15 février au 4 mars, Mairie du 6ème arrondissement, Galerie du Luxembourg, Paris
Du lundi au vendredi de 10 h 30 à 17 h

 

Négatif + : Pouvez-vous nous présenter rapidement votre projet et vos parcours respectifs ?

Nous faisons de la photographie aérienne abstraite avec des drones. Notre travail, réalisé lors de nos voyages, met en avant la nature, avec des couleurs, des formes, des lignes, des contrastes. Cela laisse le spectateur libre de son interprétation.

Sija : j'ai travaillé dans le domaine touristique chez Booking.com, puis suis revenue à mes premiers amours : l'art. J'ai participé au lancement de la galerie Bruno Moinard Editions, en collaboration étroite avec l'architecte Bruno Moinard. Par la suite, j' ai voulu créer mon projet, Antesija, avec mon associé Ante, par notre amour pour l'image, l'art, la nouvelle technologie et les voyages.

Ante : J'ai toujours eu une sensibilité prononcée pour la peinture et l'architecture. J'ai commencé mon parcours professionnel en Suisse dans l'informatique, en passant par les Etats-Unis et la Malaisie, déjà désireux d'ailleurs, pour nourrir mon esprit ouvert et curieux. Aujourd'hui je suis entrepreneur dans le web à Paris (Devsym), et je travaille actuellement dans différents projets tournés vers la culture.

Notre point commun est cette attention très particulière à observer le monde qui nous entoure et prendre une forte conscience de la nature alentour.

 

Négatif + : Comment en êtes-vous venus à arpenter le monde pour le photographier ‘en hauteur’ ? 

Avec « de la hauteur », nous ne le savions pas encore, mais il était sûr que nous voulions parcourir le monde et le photographier.

Sija rêvait de tableaux abstraits orientés vers la nature et Ante, amateur de nouvelles technologies et de photographie, voulait tenter l'expérience du drone.

Nous souhaitions peindre le monde d'une perspective encore peu connue, c'est ainsi qu'est née l'histoire.

 

Négatif + : Quel matériel utilisez-vous ?

Actuellement nous utilisons un drone de la marque DJI, avec un capteur de 20 mégapixels, et un obturateur mécanique d’1 pouce. DJI est aujourd'hui, dans le marché du drone professionnel, le leader mondial. Pour piloter un drone et le faire en tant que professionnel, il faut être très prudent avec la législation, chaque pays à des règles différentes.

 

Négatif + : Comment choisissez-vous les paysages que vous photographiez ? Vos destinations ?

Nous repérons des destinations qui nous semblent avoir un potentiel esthétique de haut. Les grands espaces vierges sont très photogéniques, comme l'Islande par exemple. Aussi, nous faisons des repérages sur Google Earth. Il faut qu'il y ait des contrastes de couleurs et de matières, et que la prise de vue se rapproche d'une peinture d'art abstrait. Nous regardons beaucoup de reportages en amont avant un voyage, et nous recherchons sur Internet les images du pays que nous allons explorer.

Sur place on observe la formation des sols, des montagnes, des côtes, puis on envoie un vol. Il dure en moyenne 10 minutes.

Pour 2017, les pays où nous nous rendrons sont Sainte Lucie pour ses plages de sable noir et eau transparente, les Pays-Bas pour ses parcs floraux et grandes plaines, les Açores pour sa verdure et son tempérament volcanique.

 

Négatif + : Vous photographiez relativement peu les architectures humaines, faut-il y voir une volonté esthétique ou idéologique de votre part ? 

« Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres ; nous l'empruntons à nos enfants. »
Saint-Exupéry

La sauvegarde de la nature et de l'environnement est le plus grand combat de notre génération pour le 21ème siècle.

Notre objectif est de séduire le spectateur par les aspects merveilleux de la nature, afin de l'inciter à la préservation de notre planète.

 

Négatif + : Quelles ont été vos plus belles expériences au cours de vos nombreuses prises de vues ? Vos plus grandes surprises ?

Nous faisons décoller notre engin et découvrons parfois de merveilleuses surprises, ou le contraire. Cette fois là, nous avons lancé une prise de photos sans grande conviction, car il s'agissait d'un terrain en chantier encore mouillé par la pluie qui était passée. Il y avait en fait une superbe lumière qui faisait ressortir l'ocre de la Terre, tandis que celle-ci avait été modelée par les roues de véhicules. Il s'agit de la photo Lavsa.

Autre belle surprise, découvrir un « William Turner » sur le sommet d'une montagne balayée par le vent en Islande (Vir), un « Jakson Pollock » sur la glace d'un étang fauché par des patins à glace en France (Grimsey).

Ou encore, après un déjeuner en pleine nature au bord des fjords en Islande, nous sommes tombés lors d'un vol sur une plage zébré à marée basse (Murter). 

 

antesija.com

 

Antesija-silba


 

Articles en relation

  • Gueule d’Ange – Numéro 7 – Bruno Morandi7 juillet 2015 Gueule d’Ange – Numéro 7 – Bruno Morandi Bruno Morandi, le sens des couleurs Le Plaisir du voyage. J’ai rencontré Bruno Morandi dans une petite pièce, au 6e étage, surchargée de […]
  • Focus expo : New York City21 juillet 2016 Focus expo : New York City L'exposition New York City de Laurianne Vandebeulque et Rémi Legrand est une vraie invitation au voyage : paysages géométriques, buildings et perspectives […]
  • Gueule d’Ange – Numéro 28 – Nathalie Mourot28 juillet 2015 Gueule d’Ange – Numéro 28 – Nathalie Mourot Cheveux flamboyants et habits vert pomme, les couleurs sont au rendez-vous. Rien d’étonnant quand on connait les photos de Nathalie Mourot, entières de couleurs et […]
Simple Share Buttons