AccueilEn photoLa Galerie Négatif + accueille Odile Berthemy
Retour

En photo Galerie Négatif + Publié le 1 avril 2017

La Galerie Négatif + accueille Odile Berthemy

Les Gens & Légendes, il y a dans ce titre toute la personnalité d'Odile Berthemy : son regard attentif sur la vie telle qu'elle se fait, dans la rue, dans la joie et les luttes ; la volonté de voir dans le courant impétueux du présent la répétition de motifs mythologiques et éternels ; et puis, surtout, la recherche des télescopages étranges d'où peut naître une poésie décalée, empreinte d'humour – les "messages du hasard", comme les appelle cette photographe tendre et facétieuse…
Une exposition à découvrir à la Galerie Négatif + dès le 6 Avril.

 

Négatif + : Pouvez-vous nous résumer votre parcours en quelques mots ?

Pour parler de mon parcours photographique… Tout d'abord, attirée par des rapprochements de couleurs (comme dans les pubs de Guy Bourdin ou les compositions de John Batho), j’ai travaillé en couleur (pellicules puis diapositives). Et peu à peu, en observant l’évolution chaotique de la vie urbaine, je me suis orientée vers le reportage de rue – plutôt dans la tradition des photographes humanistes – pour montrer comment vivent les gens, de plus en plus assimilés à des consommateurs potentiels. J’ai été frappée par la multiplication des affichages et le télescopage des messages, provoquant des rapprochements parfois comiques. Mais les gens cherchent à s’affirmer. Ils aiment se faire remarquer par des caractéristiques individuelles, même quand ils revendiquent leur appartenance à une catégorie sociale ou professionnelle.

Depuis 2009, j’ai couvert de multiples manifestations et vu comment les gens exprimaient leur vitalité dans l’humour, la colère ou la solidarité, et vu aussi l’exubérance des jeunes. 

 

Négatif + : Quel est le fil rouge de l’exposition que vous présentez à la galerie Négatif + ?

Les gens. Aussi bien les groupes dans leurs revendications professionnelles ou sociétales que les individus et leur besoin de reconnaissance identitaire. Les gens et leurs légendes. Les gens d’aujourd’hui et les gens de toujours, parce que la nature humaine ne change pas. D’où la persistance de certains comportements incarnés par des personnages mythiques (Narcisse, Eve et le fruit défendu, etc.), d’où un regard sur les statues qui traversent les âges. 

   

Négatif + : Vous avez travaillé pour de très nombreux supports différents – la presse, l’édition, les séries personnelles…

Effectivement, parcours en pointillé sous plusieurs casquettes… Au départ, la publication épisodique de mes photos dans la presse et l’édition s’appuyait sur des activités de journaliste-pigiste pour les rubriques culturelles de différents magazines. Dans la presse, j’ai également publié de nombreuses interviews d'artistes et de photographes, tout en poursuivant mes propres travaux photographiques. Parallèlement, j'étais critique de livres pour la jeunesse, puis éditrice de livres d'art et de photographies : des albums illustrés aux beaux livres, l'image est omniprésente !

 

Négatif + : De toutes les photographies que vous avez sélectionnées pour cette exposition, y en a-t-il qui correspondent encore à un souvenir particulier ?

En tant que photographe indépendante, j’ai au moins la liberté de choisir des emplacements ou des horaires décalés par rapport à des événements à couvrir, ce qui me permet parfois d’avoir des occasions uniques pour prendre certaines photos (comme “les larmes de Florange” ou la photo de l’affiche, prise derrière la tribune d’un meeting). Dans l’une des manifestations d’agriculteurs, j’ai été impressionnée par la taille des pneus de tracteurs et par le nom des marques (Good Year, Continental, qui rappellent la dureté des conflits sociaux dans ces entreprises !).

 

Négatif + : Vous avez un long parcours dans la photo… Pour vous les bouleversements technologiques ont-ils changé la façon de faire des images ? Comment cela se traduit-il dans votre pratique ?

 Je continue essentiellement à travailler en tirage argentique d’après négatifs, parce que pour les reportages c’est une preuve de vérité et de réalité non déformée par des manipulations techniques. Mais j’admire la qualité des tirages d’après scan qui renforcent les effets d’une prise de vue. Je pratique le numérique pour des publications en ligne. Je n’utilise Photoshop qu’occasionnellement mais je trouve fantastique la richesse de créativité que permet ce logiciel, très apprécié des artistes.

 

Négatif + : L’humour est souvent présent dans vos images, à la fois tendre et décalé : est-ce un axe de recherche ou simplement l’expression de votre regard ?

L’humour n’est pas un axe de recherche mais le fruit du hasard, particulièrement dans la série “les messages du hasard” (confrontation entre un affichage public et une manifestation). Ce n’est pas un humour moqueur au détriment des gens mais, plutôt du côté de Sempé, un humour de situation qui dénonce les contradictions de notre société. 

 

Les Gens & Légendes
Odile Berthémy

Galerie Négatif +, 104 rue La Fayette, 75010 Paris
Du 5 au 18 Avril, vernissage le 6 Avril à partir de 18 h

 

Articles en relation

Simple Share Buttons