AccueilActualitéExpo : Nicolas Mingasson « Destins Dolganes »
Retour

Actualité Publié le 14 janvier 2016

Expo : Nicolas Mingasson « Destins Dolganes »

Les Dolganes, un peuple isolé et mal connu

Les Dolganes du Nord Taïmyr comptent parmi les populations les plus isolées de l'Arctique russe. Si une large part de cette population d'éleveurs de rennes est depuis
longtemps sédentarisée, quelques familles continuent toujours à nomadiser au rythme de la transhumance des troupeaux.
Ces peuples du Grand Nord russe restent très largement méconnus ; aux conditions extrêmes de l'Arctique est venu s'ajouter l'isolement administratif : toutes ces familles vivaient dans des régions interdites aux étrangers. C'est d'ailleurs encore très largement le cas.
Cet isolement explique le peu d'études scientifiques et le peu de travaux photographiques réalisés sur les Dolganes. Rejoindre leur isolement exige des efforts extrêmement importants et des contacts solides dans la région même. L’exposition "DESTINS DOLGANES" constitue de ce fait, une opportunité rare de porter un regard sur ce peuple méconnu de l’Arctique.

Une exposition pour comprendre, découvrir et admirer

“Destins Dolganes” illustre le quotidien actuel des Dolganes dans ce qu’il a de plus divers, entre tradition et modernité, entre les anciens accrochés à leurs villages et
leurs enfants et petits-enfants qui, plus que jamais regardent vers le sud et imaginent leur avenir loin de leur terre natale.
Dans les rues des villages les jeunes s'habillent (presque) comme en France, le soir appellent sur Skype leurs cousins déjà partis loin du village et, le week-end venu,
rendent visite en skidoo à leurs grands-parents qui nomadisent encore.
L’exposition présentera également une série de photographies tirées des albums de quelques vieilles familles dolganes. Cette vision inédite oblige à un tout autre regard, loin des clichés habituels et nous invite à réviser notre propre regard sur le monde.
Destins Dolganes présentera soixante-dix photographies. Une série de portraits grands formats provoquera un face à face avec les visiteurs. Les séries qui
viendront entourer ces portraits seront toutes réalisées selon des procédés de tirages traditionnels pour conserver la force du travail argentique de Nicolas Mingasson.

Nicolas Mingasson


Nicolas Mingasson est photographe et journaliste. Depuis 1995 il compte parmi les rares occidentaux à avoir régulièrement parcouru la région de la péninsule de Taïmyr.
Le travail de Nicolas Mingasson porte le plus souvent sur le quotidien d’hommes et de femmes placés dans des situations extrêmes, qu’il s’agisse de situations de conflits (Bosnie, Rwanda, Afghanistan) ou des populations autochtones de l’Arctique.
En 2008, à l’occasion de la 4ème Année Polaire Internationale il mène un long travail photographique à travers l’Arctique russe : Sentinelles de l’Arctique sera relayé chaque semaine par le journal Libération et suivi sur le web par plusieurs centaines de milliers d’internautes.
La même année il expose sur les grilles du Sénat son travail sur les “Polarniks” au sein de l’exposition Terre des Pôles dont il assurera le commissariat.
Après un long interlude afghan, il retourne dans le Taïmyr pour réaliser “Portraits d’Arctique”, une série de portraits filmés sur le thème de la mémoire et de la culture. Les photographies de DESTINS DOLGANES sont tirées de ce travail.
Nicolas Mingasson a exposé de nombreuses fois en France et à l’étranger. Il a collaboré avec le Figaro Magazine, VSD, Paris Match et a été publié chez Plon, Acro-pole, les éditions Jean di Sciullo et aux Belles Lettres.
Nicolas Mingasson est le fondateur de l’Observatoire Photographique des Pôles.

Exposition du 20 Janvier au 07 Mars 2016
au Foyer de l'Auditorium du Musée De l'Homme

17 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris
Métro : lignes 6 et 9 Trocadéro (Sortie Avenue Paul Doumer – Musée de l’Homme)
de 10h à 18h, le mercredi jusqu’à 21 h.
En accès libre avec le billet d’entrée du musée

Articles en relation

  • VGaullier

    Bonjour. L’exposition a lieu au Foyer de l’Auditorium du Musée de l’Homme, et non au balcon des sciences. Vincent

Simple Share Buttons