AccueilActualitéEXPO : Jean Marc Tingaud – « Un Monde »
Retour

Actualité Publié le 2 octobre 2015

EXPO : Jean Marc Tingaud – « Un Monde »

Jean Marc Tingaud présente "Un Monde" chez Artcurial 

Jean Marc Tingaud vous invite chez Artcurial du jeudi 17 septembre au jeudi 8 octobre, de 16h à 19h, pour la présentation d’"Un Monde"*, recueil de photographies et de textes édité à 100 exemplaires numérotés et signés, accompagné d'un tirage photographique original en tirage limité. L’ouvrage, composé de 5 cahiers – Afrique et Moyen Orient, Amériques, Asie, Europe, Océanie – emboîtés dans un coffret imprimé et sérigraphié. est accompagné d’un tirage  photographique original. Une sélection d'œuvres tirées de l'ouvrage sera exposée à cette occasion.
*Avec le soutien de Fedrigoni pour les papiers, de Printmodel pour la photogravure, de Juliane Cordes pour la mise en page et des imprimeurs Chirat, Fot, Hemisud, Martinenq et PPA Mahé.


La Fondation d’entreprise Hermès a permis la production de la série « Lieux inspirés, intérieurs des Trésors Vivants du Japon » publiée dans le cahier Asie.

 

Un Monde



Les continents, lambeaux morcelés de notre belle terre, baignent dans l’étendue infinie et la profondeur des mers. Fruits de mystérieuses dérives, Afrique, Amériques, Asie, Europe et Océanie sont les noms des immenses parcelles que peuple l’humanité, depuis la nuit des temps, depuis les débuts de notre mémoire commune. Continents comme fœtus, promesse d’improbables destinées…

Leurs noms sont tous féminins, comme la Terre. Terre féconde, terre nourricière, terre d’accueil pour l’insondable diversité des espèces, animales ou végétales, mais aussi des couleurs, des langues, des races, des cultures, des croyances et religions des hommes. 

La sphère et le cercle ont en commun d’être sans début ni fin. Et pourtant, aveuglé sans doute par son égocentrisme et le sentiment éperdu de son unicité, l’homme n’a jamais cessé de penser que toute la terre, sans parler de l’univers, n’avaient pu, ni exister, ni encore moins s’organiser autrement qu’autour de lui. Séjournant dans l’Ile de Pâques, j’avais découvert sur un rivage de la baie de Hanga Hoonu, appelée encore baie Lapérouse, un énorme bloc de rocher, parfaitement rond. J’y avais assis Maxime, mon premier fils, pour faire une photo. Rentré au village, des Rapa Nuis m’avaient dit que, dans leur mythologie, cette pierre était désignée comme le Centre du Monde… 

Ce long voyage, entrepris il y a longtemps, m’a conduit à accoster à bien d’autres rivages, disséminés à la surface du globe sans que je puisse jamais me satisfaire des apparences. Aujourd’hui, je comprends enfin, en me retournant, qu’il était guidé par un fil invisible, celui  qui mène à des mondes intérieurs : portraits de gens ou autoportraits, portraits de vies,  vies concentrées comme reliques dans l’infime et fragile espace de simples images, capturées au fil du temps.



Jean Marc Tingaud

Paris

 

Articles en relation

  • Les expositions de la semaine22 août 2016 Les expositions de la semaine Une reprise en douceur après la trêve estivale : du surf à Biarritz et des intérieurs new-yorkais […]
  • Les Expositions de la Semaine18 mars 2017 Les Expositions de la Semaine Une semaine d'agitations diverses parcourue par une brève vision de l'enfance...   Voir peut-il rendre fou ?, Aurélie […]
  • Focus expo : Aaron5 mars 2019 Focus expo : Aaron Au-delà de la virtuosité technique, c’est avant tout la profonde humanité des clichés d’Aaron qui retient le regard… Rencontre avec […]
Simple Share Buttons