AccueilEn photoGueule d’Ange – Numéro 19 – Dorothy-Shoes
Retour

En photo Publié le 19 juillet 2015

Gueule d’Ange – Numéro 19 – Dorothy-Shoes

Conteuse d’histoires, c’est aujourd’hui à ses images qu’elle donne la parole. Poésie et sens trempent le papier. On y rencontre l’humain dans tous ses états, l’imaginaire à ses trousses.


Chacun est mis au même rang : celui d’idéaliste contrarié.
Passerelles entre réalisme et surréalisme, les photographies de Dorothy-Shoes sont articulées comme de petites fables atemporelles. A un seul personnage, elles se présentent comme une série de monologues à travers lesquels la photographe rend visite à nos labyrinthes internes, met en lumière subjective nos endroits les plus sombres et donne des visages à l’inconscient.
Des flaques accidentelles d’universel, depuis l’œilleton d’une circonférence individuelle.


Parcours



Née en 1979, Dorothy-Shoes débute la photo de manière autodidacte en 2005.

Elle vient du théâtre et de la mise en scène.  

Après sa première exposition solo à Bruxelles en 2006 à « l’Objectif Gallery », Dorothy-Shoes exposera à nombreuses reprises en France en 2006 et 2007.

Puis en 2008 c’est dans les Centres Culturels Français d’Indonésie, ainsi que dans les Instituts Français d’Ukraine, reliés au Ministère des Affaires Etrangères et à l’Alliance Française, qu’elle présentait son travail photographique lors d’expositions personnelles. 

Son travail a également été remarqué en Hongrie, lors du 9ème Festival d’Art Contemporain hongrois.

En 2009 Dorothy-Shoes représentait la discipline photographique à la galerie du « New Art Center » à New York, lors de l’exposition « LINKS » de six jeunes artistes français, et exposait à Montréal où elle illustrait la campagne de communication du « Festival du Nouveau Cinéma de Montréal ».

Les photographies de Dorothy-Shoes sont largement publiées dans la presse française et étrangère : Allemagne, Espagne, Etats-Unis, Emirats Arabes Unis, Grèce, Asie…

De nouveaux projets photographiques sont en cours, notamment « TAPS – Extinction des feux » qui sera réalisé au Chili très prochainement. Des expositions à Paris, Tours, Athènes et New York sont d’ores et déjà programmées.

Et bien sûr une expo actuellement dans les locaux de Négatif+ au Service Graphique  108 rue La Fayette pour quelques mois encore.

 

Mes motivations



« Chercher l’humain. Voilà depuis toujours mon moteur. La photographie pour moyen, pour vecteur. 

Autodidacte, ma route est très solitaire.  Ténacité et persévérance ne quittent pas mes poches. Sans elles, je me serais déjà arrêtée sous un abribus à regarder mes aspirations se noyer dans les flaques d’eau. Aspiration n’est pas le mot juste. Vocation, oui, c’est bien de cela dont il est question.

Je ne suis pas photographe-reporter. Mon engagement se traduit d’une autre manière. Quand certains aiment qu’on leur lise le journal, d’autres préfèrent qu’on leur conte des histoires. 

La démarche claire, j’ai choisi la narration poétique, brute, investie, sans mièvrerie. Je fabrique de toutes pièces des histoires vraies. Plutôt que le réalisme et ses images souvent crues, j’ai choisi la métaphore et l’imaginaire pour raconter nos réalités violentes et amères. Qui sommes-nous une fois que la porte se referme derrière le monde, et que la lumière s’éteint sur  l’extérieur ?
Qui nous sommes-nous au-delà et au-dehors de la place que l’on se créé au sein d’une société davantage subie que choisie ?

Qui sommes-nous, lorsque nous nous retrouvons en tête-à-tête avec nous-mêmes, avec pour seule cachette aux sentiments, ce que l’on appelle l’inconscient? …

… C’est vers cela, que mon travail d’images s’engage. Vers l’individu dans sa solitude la plus crue, souvent inavouée ou rejetée.  Le cœur alourdi par les aberrations d’un monde de plus en plus difficile à défendre, j’ai décidé, la photographie pour porte-voix, de parler de l’homme, dans son individualité. Me pencher vers son essence, si parasitée par les mouvements d’une société rythmée par l’économie, le pouvoir, la compétition, la productivité, le rendement et tendant à gommer de manière alarmante l’humanisme de son cahier des charges. 

Alors que l’on nous parle de pays, de couches sociales, de peuples, de nations, de groupes politiques, de communautés religieuses, de tranches d’âges, de genres, de nombres, de dénominateurs communs…

 Alors que l’on nous parle au pluriel… J’ai décidé de donner la parole au singulier.

… Parallèle aux parcours traditionnels, hors des circuits, j’ai avancé toute seule jusqu’ici. L’horizon pour seule ligne de conduite, sur mes propres sentiers, jamais battue, sans béquilles ni filet, se dire que ce n’est pas perdu. Mon éducation du «par toi-même» peut-être… Mais surtout, je le crois, une vocation, si elle est vraie, ne se laisse pas intimider par le premier obstacle rencontré.  Alors je les ai escaladés les murs, un par un, à la force des mains. Tremblantes, cloquées et écorchées. Aujourd’hui, le chemin en marge et cabossé prend des allures de voie rapide bien éclairée.

Profondément surprise, profondément heureuse, cette reconnaissance en France et à l’étranger me donne une énergie neuve et solide pour continuer.

Voilà qui tombe vraiment bien car je suis bavarde, et des choses à dire sur l’état du monde, j’en ai encore un bon paquet. » 

Dorothy-Shoes

 

L’engagement sur le terrain :

Et demain ? Portraits d’Avenir.



Fin 2008 jusqu’à ce jour, la photographe s’engage envers les détenus des prisons françaises en donnant régulièrement des ateliers photo auprès des mineurs et des majeurs incarcérés, avec pour dynamique de travail la perspective de sortie de prison et l’avenir des prisonniers. 

En 2010, avec son projet nommé « Et demain? Portraits d’Avenir – Intimité photographique en milieu carcéral» Dorothy-Shoes remporte deux premiers prix nationaux : le 1er prix national présidé par Christian Caujolle « Parole Photographique » devant plus de 400 candidatures, ainsi que le 1er prix national « La Bourse du Talent Portrait 2010 ».

La série « Et demain? Portraits d’Avenir » sera exposée à la Bibliothèque Nationale de France (BNF François Mitterrand) en décembre 2010.

Niels Sidsel

http://cargocollective.com/dorothyshoes
http://www.dorothy-shoes.com/

 
 
Numéro : 19 Spécial Dorothy – Shoes
Octobre – Novembre – Décembre 2010


Lire en ligne
Télécharger
Gueule d'Ange 18                                                                                     Gueule d'Ange 20

   

Articles en relation

  • Gueule d’Ange – Numéro 18 – Julien Lachaussée18 juillet 2015 Gueule d’Ange – Numéro 18 – Julien Lachaussée Nous nous étions croisés il y a dix ans et je ne conservais de lui qu’une image assez floue : tout juste une silhouette, une physionomie. Je […]
  • Gueule d’Ange – Numéro 17 – Christian Avril17 juillet 2015 Gueule d’Ange – Numéro 17 – Christian Avril Christian Avril Photographe indépendant et engagé. Photographe ou journaliste ? Les premières paroles de Christian Avril furent : Je […]
  • Expo : Magali Lambert30 juillet 2015 Expo : Magali Lambert Expo : Magali Lambert Le 24 septembre prochain la VOZ'Galerie vous invite à faire une rencontre pour le moins inhabituelle : de celles qui vous font remettre en […]
Simple Share Buttons